Catégorie :

Tchad : Violences intercommunautaires

Depuis des dizaines d’années, la province du Ouaddaï, zone de transhumance à la frontière avec le Soudan, est en proie à des conflits entre éleveurs nomades arabes et cultivateurs autochtones ouaddaïens. Les seconds reprochent aux premiers de détruire leurs récoltes par le passage de leurs bétails vers les pâturages. Ces affrontements ont commencé lundi dans un village de la sous-préfecture de Wadi Hamra, où “le corps sans vie d’un jeune éleveur” a été retrouvé, entraînant des affrontements entre sa communauté et celles des agriculteurs ouaddaïens. La mobilisation des deux camps a été rapide et ils ont combattu avec des armes de combats. Le lendemain, d’autres combats ont éclaté dans un autre village du Wadi Hamra. Un chef traditionnel de la région estime à 25 morts le nombre de morts, tandis que le milieu médical assure qu’il y en aurait au moins 44. Des forces de sécurité, dépêchées sur place, ont essuyé de tirs, a expliqué le président Déby, qui a promis de se rendre prochainement sur les lieux. Au départ confiné au
Publié le 

Centrafrique:  La montée en puissance de la police, une priorité du gouvernement pour la restauration de l’autorité de l’Etat

un levier majeur sur lequel le Chef Suprême des armées, SE Faustin Archange TOUADERA, ne cesse de miser pour répondre au besoin pressant de la population centrafricaine en matière de la sécurité. Il s’agit d’un besoin imminent.  A cet effet, plusieurs stratégies ont été mises en place pour
Publié le 

Centrafrique : 315 éléments du BIT.4 sont opérationnels

Le nombre des Forces Armées Centrafricaines continue d’augmenter de plus en plus. L’on compte encore 315 soldats du 4ème bataillon d’infanterie territorial (BIT 4) qui viennent de boucler leur cycle de formation d’une durée de 3 mois. Une formation est axée sur les tactiques de combats modernes et de
Publié le 

Centrafrique-Justice : La Cour Pénale Spéciale en action !

Depuis le 20 Juin dernier, elle a lancé sa phase officielle d’instruction de plusieurs dossiers « sensibles » ayant traits aux crises centrafricaines. Ainsi, huit (8) mois après son inauguration, elle a annoncé à Bangui, au cours d’une conférence, par la voix de son président, Monsieur Michelle Louanga avoir instruit plusieurs dossiers qui
Publié le 

Centrafrique : Le Premier Ministre tire les oreilles du comité de suivi de l’accord de paix

Décidément, Firmin NGREBADA veut recadrer les choses ainsi, la mission conjointe gouvernement, Minusca, Union Africaine et CEEAC qui avait été en province en a la parfaite illustration. Ceci dans le cadre de la bonne réussite de sa mission. Désormais, le ballon est dans le camp du comité exécutif de suivi qui doit faire montre de maturité en mettant en œuvre l’article 35 du présent accord afin de permettre à la
Publié le 

Les nouvelles formes de putsch en Afrique : un vice sous bannière de la démocratie.

pour renverser les vrais démocraties, l’anarchie créée par les lobbys de putschistes détruit des états, armes des mercenaires. De par le monde, de l’Irak en Libye, de la Colombie au Congo, plus récemment en Côte d’Ivoire, Zimbabwe, Gambie, Soudan et j’en passe, ces nouveaux putschs contre les autorités sont tous signés « avancées démocratiques ». Leur mode opératoire est multiple : enclencher une guerre civile suite à une « contestation électorale » (Côte d’Ivoire, Gambie), torturer des constitutions nationales pour des
Publié le 

Centrafrique-Ouham : L’armée nationale de nouveau à Kaga-Bandoro

Dans l’ensemble, « il y a eu un effort de certains groupes armés pour prouver leur bonne foi », comme le reconnait le chef du bureau de la Minusca. Certains « ont rendu visite aux Faca avec du carburant et du sucre », l’on pourrait donc en conclure que l’Accord de Khartoum produit des avantages notoires nonobstant les dires de nombre de compatriotes issus de l’opposition dite « démocratique » ou de
Publié le 

Centrafrique : Paoua et « E zingo Biani »

Ainsi il ressort que l’attitude de la classe politique centrafricaine, particulièrement de l’opposition, est déplorable car à l’heure où le pays compte ses morts et panse ses blessures, le spectre de la division et des intérêts mercantiles semblent réapparaitre. Pire encore, la société civile censée demeurer neutre, semble
Publié le