Centrafrique : Riches évènements ayant marqué le domaine des actualités nationales

Ce mois d’Octobre, faut-il le noter, est très marqué par une très grande visibilité dans le domaine militaire notamment la sortie officielle de 1023 nouveaux soldats de Bouar, plus de 300 autres FACA recyclées à Bérengo. Tant d’autres projections de recrutements ont été déjà faits pour le renforcement de ce secteur. La deuxième semaine du mois d’Octobre est marquée premièrement par la
Publié le 

Centrafrique : 315 éléments du BIT.4 sont opérationnels

Le nombre des Forces Armées Centrafricaines continue d’augmenter de plus en plus. L’on compte encore 315 soldats du 4ème bataillon d’infanterie territorial (BIT 4) qui viennent de boucler leur cycle de formation d’une durée de 3 mois. Une formation est axée sur les tactiques de combats modernes et de
Publié le 

Centrafrique-Ouham : L’armée nationale de nouveau à Kaga-Bandoro

Dans l’ensemble, « il y a eu un effort de certains groupes armés pour prouver leur bonne foi », comme le reconnait le chef du bureau de la Minusca. Certains « ont rendu visite aux Faca avec du carburant et du sucre », l’on pourrait donc en conclure que l’Accord de Khartoum produit des avantages notoires nonobstant les dires de nombre de compatriotes issus de l’opposition dite « démocratique » ou de
Publié le 

Centrafrique : Crise à Kaga-Bandoro ?

La réunion s’était soldée sur une bonne entente. Le dimanche 6 mai dans l’après-midi, un convoi des soldats FACA, escortés par les soldats burundais de la Minusca, ont fait leur entrée dans la ville de Kaga-Bandoro. Mais contre toute attente, ils ont quitté la ville quelques heures plus tard. Si leur arrivée dans la ville a été saluée par la population locale, les soldats FACA, déployés à Kaga-Bandoro suite à l’accord de Khartoum, ont malheureusement rebroussé chemin quelques heures plus tard sans raison apparente. Selon des informations de sources militaires, les FACA se sont
Publié le 

Centrafrique: Pour un embargo allégé ou une levée totale? La balle dans le camp du conseil de sécurité de l’ONU

L’année 2019 s’annonce décisive pour le retour de la paix en République Centrafricaine  grâce aux efforts déployés par le gouvernement appuyés par la communauté internationale. Cet élan de solidarité et de compassion est venu tout naturellement de la part des Etats membres de l’Union Africaine (UA) qui ont prouvé ce dont ils sont capables en de pareilles occasions de crise. Promptement, ils interviennent pour éteindre le feu qui embrasait la case Centrafrique. L’histoire de cette solidarité inouïe remonte aux années 1990 où le pays faisait face à une série de mutineries d’une partie de l’Armée nationale.Puis s’ensuivaient des
Publié le 

Centrafrique : Les raisons d’un assouplissement de l’embargo sur les armes au lieu de sa levée totale

L’embargo qui pèse sur les armes en destination de la République Centrafricaine depuis 2013 vient de connaitre à nouveau un assouplissement après une levée partielle l’an dernier qui a permis à certains pays de venir à la rescousse des Centrafricains dans le domaine de la restructuration. Pourtant des demandes de sa levée totale avaient été formulées par les autorités de Bangui à plusieurs reprises. Et à cela s’ajoute la dernière marche pacifique de toute la population dans tous les
Publié le 
Catégorie :

Centrafrique : Militaires retraités et la question des mesures d’accompagnement.

Les militaires admis à la retraite n’ont cessé de revendiquer ces temps-ci « des mesures d’accompagnement ». Cette revendication, perçue par le Chef du Gouvernement comme un moyen de pression, bloquant sans cesse les activités quotidiennes dans la ville de Bangui avec des barricades, n’est ni justifiée, ni prévue par la lire l'article
Publié le 

Centrafrique : Un réveillon ensanglanté à Bakouma

Centrafrique : Un réveillon ensanglanté à Bakouma Il ne passe plus un jour en Centrafrique sans que la voix des armes ou celles de victimes ne fassent écho dans les médias. Alors que le monde se préparait au réveillon de la Saint-Sylvestre, au pays de Boganda, les bourreaux du peuple centrafricain lire l'article
Publié le 

Centrafrique: Des signes d’un traumatisme encore vivace après le 1er Décembre

Ce que relève la mini crise en Centrafrique autour de la commémoration de la date du 1er décembre, semble beaucoup plus profond que cela n’a l’air. D’un part, un peuple qui a connu la guerre, une guerre imposée, une guerre incomprise, un peuple toujours martyrisé par des groupes armés qui se jouent de lui tout en feignant d’aller à la table de la négociation. Ces groupes armés continuent de sévir en occupant la majeure partie du territoire dont ils exploitent illégalement les richesses.
Publié le