Du 14 juin au 15 juillet 2018, le monde va battre au rythme du ballon rond, la 21ᵉ édition de la Coupe du monde de football, compétition organisée par la FIFA et qui va réunir 32 meilleures sélections nationales dispatchées selon un quota par continent. Elle se déroulera en Russie.

Tous les médias, projecteurs des télés, claviers de journalistes et écrans des téléspectateurs se focaliseront un mois sur cet événement mondial majeur. A défaut d’y être présente, DANDARANEWS vous offrira ses très beaux scoops pour la couverture de l’événement, à travers les lignes de ses actualités (commentaires, posters, analyses…).

De quoi s’agit-il ?
Commençons par le mot football. Il est la contraction de deux mots anglais : foot (le pied) et ball (le ballon). Le jeu consiste donc pour chaque formation de déployer des stratégies, des techniques, pour mettre le ballon dans le but adverse, sans utiliser les bras.

Est-ce dire que les Anglais l’ont inventé ? Oui et non. Dans l’Antiquité, déjà, les Grecs, les Romains, et avant eux les Chinois jouaient déjà au ballon.
Pour rappel, en tant que compétition, la coupe du monde de football fut créée en 1928 en France, sous l’impulsion de Jules Rimet alors président de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), et ouverte à toutes les fédérations reconnues par celle-ci. Sa première édition s’était déroulé en 1930 en Uruguay, dont l’équipe nationale sortit vainqueur.

De nos jours, chaque 4 ans, après des ardues éliminatoires engageant 210 équipes nationales, seules 32 formations tireront leurs épingles de cette phase qualificative pour s’octroyer les billets afin de prendre part à ce grand rendez-vous planétaire. L’Afrique y compte 5 représentants.

Pourquoi un tel engouement pour ce sport ?
Il fait sans dire que le Football est devenu mondialement le sport roi, très loin devant le basketball, le hockey, le tennis, le volley-ball etc., selon un classement des sports les plus populaires répondant aux critères suivants : « plus regardés », « plus pratiqués », « générant plus de revenus ».

Le phénomène n’est pas seulement dû à la beauté de ce sport. Aujourd’hui, si le football est plus pratiqué et le plus médiatisé dans le monde, c’est parce que nous vivons dans une société capitaliste où la présence de l’argent dans le football professionnel sous forme de salaires, de transferts, de publicités ou encore de contrats, renforce sa notoriété. C’est une véritable industrie de milliardaires.

Cependant, des critiques s’élèvent de plus en plus pour fustiger l’outrance et l’outrageant effet de ce capitalisme. En effet, l’aspect financier et le rapport performance/salaire, joint à la raison d’exclusivité médiatique (diffusion, droit de publicité) vis-à-vis des nombreux spectateurs et les supporters, entrainent bien de frustrations. Aussi, l’utilisation quelque fois de l’argent entraine des méthodes controversées : des tricheries, des corruptions, des dopages et autres, qui ternissent l’image de ce sport très populaire de par le monde. Ces fléaux capitalistes qui minent le monde du jeu ont fait perdre des matchs importants à des clubs, enrichir des dirigeants, des arbitres … au détriment des joueurs, des nations ou des clubs.

Enfin, pour une première fois, la vidéo volera au secours des certains litiges pour permettre une plus grande transparence sur l’aire du jeu.

Le recours à l’arbitrage vidéo officiellement inscrit dans les règles du jeu : un avantage pour les équipes africaines.

L’introduction de l’assistance vidéo (VAR, pour Vidéo Assistant Referee) dans les lois du jeu est une chance pour les équipes africaines engagées dans la compétition. Par le passé, qu’il s’agisse du Cameroun, Nigéria ou autre, la contestation arbitrale laissait souvent un mauvais goût lors de la sortie de compétition pour ces équipes. En Russie, la vigilance est de mise, ce facteur nouveau permettra de battre en brèches les préférences arbitrales scandaleuses.

Des stars attendues…
En bien oui ! Aussi vrai que c’est une équipe qui gagne, il est tout aussi vrai que les individualités de renom peuvent à eux seuls faire basculer le résultat d’un match du Mondial. Jadis, Pélé, Maradona et tant d’autres ont été des héros lors du Mondial. 2018 annonce de très grandes stars qui vont faire palpiter les cœurs des supporters.

Mohamed Salah (Egypte), Manuel Neuer (Allemagne), David De GEA (Espagne), Neymar (Brésil), Lionel Messi (Argentine), Cristiano Ronaldo vont certainement faire régaler le public.

En attendant que les lampions s’allument sur les stades de la Russie, un monde entier, olympien et enthousiaste, languit le démarrage de cette compétition, la plus célèbre des terriens.

Que le sport, plus particulièrement le Football, qui unit et réjouit les peuples au-delà de leurs frontières et leurs divergences, vienne épargner du monde les guerres pour semer en remplacement l’amour et la joie.

Dominique MOUNDJOUVOUKO