Les plus grandes crises du monde actuel ont leur origine par l’instrumentalisation de la presse. Le cas du Rwanda avec les deux radios Mahabura (porte-parole de la rébellion Front Patriotique Rwandais émise depuis l’Ouganda) et la Radiotélévision Libre des Mille Collines (RTLM) du parti au pouvoir est parlant. Ces deux médias ont été pesants dans le déclenchement des hostilités qui ont conduit au massacre de la population rwandaise. Après que l’avion qui transporta le président rwandais Hutu, M. Juvénal Habyarimana, soit abattu par un missile peu avant son atterrissage à Kigali cette nuit du 06 avril 1994, ‘’Abattez les grands arbres’’, cette phrase simple sans importance reste le signal déclencheur d’une grande catastrophe meurtrière qu’a connue le Rwanda de son histoire. Il a suffi seulement à la Radio mille collines de faire passer cette phrase suicidaire ‘’Abattez les grands arbres’’ pour faire plonger tout un pays dans un regain de violence extraordinaire. En cent jours, entre le 6 avril 1994 et le 4 juillet 1994, plus de 800 000 morts inutiles occasionnées, cautionnées par une station radio censée éduquer toute une nation. De ces cas pareils sont pourtant éviter sous d’autres cieux, là où des fils d’une nation se sont assis autour d’une table pour régler fraternellement leurs différends.
Une communication juste, impartiale et franche véhiculée par une presse responsable conduit à la résolution pacifique des grands conflits, le cas contraire, à une catastrophe. Dans les pays en guerre ou post-conflits, les Nations Unies prennent toujours le soin de mettre en place des structures médiatiques comme les radios, les journaux visant à vulgariser les messages de paix, nous avons la Radio Okapi en RDC, la Radio Ndèke Luka en Centrafrique…

A cette heure où le Centrafrique est secoué par ses crises intestines, il est important que nos presses (radio, télé, journaux…) soient prudentes dans leur manière d’informer pour ne pas faire l’objet de désinformation et d’instrumentalisation, semant paniques, débandades dans la capitale Bangui. Le centrafricain déteste le phénomène de Radio keke (rumeurs) qui l’empêche de vaquer à ses occupations quotidiennes.

Depuis le dimanche 08 avril 2018 avec l’opération « SOUKOULA KM5 » menée par la MINUSCA et les Forces de Défense et Sécurité, beaucoup des images macabres, des messages audio subtils passent sur les réseaux sociaux appelant à la haine de l’autre, poussant à la désinformation, causant peurs et inquiétudes.
La crise centrafricaine est politique et non religieuse. Toute instrumentalisation dans ce sens pour promouvoir la division et le retour de la violence est condamnable. Nous nous rappelons un extrait de ce Communiqué conjoint de l’union africaine et des nations unies sur le processus de paix et la situation à Bangui 11 avril 2018 :

….Nous tenons surtout à souligner que cette opération de maintien de l’ordre et de restauration de l’autorité de l’Etat a pour but unique de protéger la population qui nous le demande, contre les éléments criminels qui l’oppriment. Nous tenons à préciser que pour protéger toutes les populations, comme partout ailleurs dans le pays, nous sommes déterminés à agir….

….Nous déplorons et condamnons fermement les tentatives d’instrumentalisation de cette opération ainsi que les attaques perpétrées contre les soldats de la paix dont une vingtaine a été blessée et l’un d’eux a succombé à ses blessures…..

…Nous tenons à rappeler que toute attaque contre les soldats de la paix constitue un crime de guerre. Leurs auteurs et ceux qui les soutiennent auront certainement à répondre de leurs forfaits devant la justice….

Que tous ceux ou celles qui profitent de ces troubles pour passer des messages de haine contre une religion, contre une ethnie, contre une classe politique, contre une région, contre une communauté soient sanctionnés selon les lois en vigueur de notre République. Le centrafricain a tant souffert, il a été piétiné, malmené, divisé à tel point qu’une information juste, impartiale lui suffira de croire en un avenir meilleur.

Que le bon Dieu ou Allah bénisse le Centrafrique !!

Le Centro Rassembleur