Catégorie :

Centrafrique : M. Firmin NGREBADA décrit en trois points.

Le 25 février 2019, le monde a découvert le visage d’un nouveau premier ministre centrafricain, M. Firmin NGREBADA. Il succède à M. Simplice Mathieu SARANDJI dans le cadre de l’application de l’accord de Khartoum, notamment  son article 21. Signé le 06 février à Bangui par les quatorze (14) groupes armés et le gouvernement centrafricain, cet accord prévoit la mise en place d’un
Publié le 
Catégorie :

A LA DIASPORA CENTRAFRICAINE

La Diaspora Centrafricaine constitue à bien d’égard un véritable levier pour le développement de la République Centrafricaine. Elle constitue un vivier diversifié de compétences et de conseils. DANDARA RECONCILIATION NEWS-DRN, média centrafricain et panafricain, dans l’optique d’une convergence des infos de la diaspora et d’un échange permanent entre les Centrafricains lire l'article
Publié le 

Centrafrique : Un réveillon ensanglanté à Bakouma

Centrafrique : Un réveillon ensanglanté à Bakouma Il ne passe plus un jour en Centrafrique sans que la voix des armes ou celles de victimes ne fassent écho dans les médias. Alors que le monde se préparait au réveillon de la Saint-Sylvestre, au pays de Boganda, les bourreaux du peuple centrafricain lire l'article
Publié le 

Centrafrique: Un grand pas vers les valeurs de la chefferie traditionnelle

Un grand pas vers les valeurs de la chefferie traditionnelle   L’ONG Afrique Secours Assistance avec l’appui financier de l’UNHCR avait organisé un atelier d’appropriation de l’avant projet de loi portant statut de la chefferie traditionnelle en commun accord avec les cadres du Ministère de l’Administration du Territoire et du lire l'article
Publié le 

CENTRAFRIQUE : Rhombot (Rambo) et la CPI

Rhombot (Rambo) et la CPI Depuis son arrestation, le député « pistolero » centrafricain Alfred Yekatom Rhombot a été conduit à la Cour Pénale Internationale. Qu’en est-il de la procédure en cours et que lui reproche-t-on ?   Les chefs d’accusation portés à son encontre sont multiples : crimes de guerre, crimes contre l’Humanité, lire l'article
Publié le 

Centrafrique: Des signes d’un traumatisme encore vivace après le 1er Décembre

Ce que relève la mini crise en Centrafrique autour de la commémoration de la date du 1er décembre, semble beaucoup plus profond que cela n’a l’air. D’un part, un peuple qui a connu la guerre, une guerre imposée, une guerre incomprise, un peuple toujours martyrisé par des groupes armés qui se jouent de lui tout en feignant d’aller à la table de la négociation. Ces groupes armés continuent de sévir en occupant la majeure partie du territoire dont ils exploitent illégalement les richesses.
Publié le 

Centrafrique-Ouham : L’armée nationale de nouveau à Kaga-Bandoro

Dans l’ensemble, « il y a eu un effort de certains groupes armés pour prouver leur bonne foi », comme le reconnait le chef du bureau de la Minusca. Certains « ont rendu visite aux Faca avec du carburant et du sucre », l’on pourrait donc en conclure que l’Accord de Khartoum produit des avantages notoires nonobstant les dires de nombre de compatriotes issus de l’opposition dite « démocratique » ou de
Publié le 

Centrafrique : Paoua et « E zingo Biani »

Ainsi il ressort que l’attitude de la classe politique centrafricaine, particulièrement de l’opposition, est déplorable car à l’heure où le pays compte ses morts et panse ses blessures, le spectre de la division et des intérêts mercantiles semblent réapparaitre. Pire encore, la société civile censée demeurer neutre, semble
Publié le 

Centrafrique : Que vise la plate forme « É ZINGO BIANI ? »

Et en dépit de tout cela, nous sommes sans ignorer que le centrafricain cherche à se réconcilier avec lui pour un avenir meilleur. La tranquillité voulue et cherchée par le centrafricain mettra beaucoup de ces hommes en faillite et il est important de rappeler que : ⁃Plusieurs membres de cette plate forme revendicative sont ceux qui ont fait venir la Seleka en Centrafrique et semé la mort et la désolation dans beaucoup de familles. Et nous n’avons pas encore fini d’enterrer nos morts. ⁃Certains membres sont même à
Publié le 
Logo dandaranews
Catégorie :

Editorial de Juin 2019

À première vue, la survie de l’Accord de Khartoum est toujours menacée par les groupes armés. Les populations de certaines zones occupées tardent à percevoir les améliorations ambitionnées et languissent de voir le déploiement effectif des FACA, mais surtout les brigades mixtes. Et naturellement, le piège de la généralisation du pessimisme gagne du terrain en défaveur de l’espoir de réussite de l’application de l’accord. Le gouvernement inclusif qui en est issu est vraisemblablement dans la tourmente, pointé sans cesse du doigt et sévèrement tancé par l’aile opposante à l’accord. Mais qu’à cela ne tienne, DRN réaffirme toujours son soutien à l’initiative non-violente pour obtenir la paix. Nous le disons tantôt : « à première vue ». En effet, sous
Publié le 

Centrafrique : Crise à Kaga-Bandoro ?

La réunion s’était soldée sur une bonne entente. Le dimanche 6 mai dans l’après-midi, un convoi des soldats FACA, escortés par les soldats burundais de la Minusca, ont fait leur entrée dans la ville de Kaga-Bandoro. Mais contre toute attente, ils ont quitté la ville quelques heures plus tard. Si leur arrivée dans la ville a été saluée par la population locale, les soldats FACA, déployés à Kaga-Bandoro suite à l’accord de Khartoum, ont malheureusement rebroussé chemin quelques heures plus tard sans raison apparente. Selon des informations de sources militaires, les FACA se sont
Publié le 

SOUDAN : Le spectre d’une instabilité politique se profile

Le mardi qui a suivi, les discussions ont porté sur la durée de la période de transition et la composition du nouveau conseil et des deux autres organes. Le porte-parole du Conseil militaire, le général Chamsedddine Kabbachi, a confirmé les termes de l’accord tout en ajoutant que les pourcentages de représentation au sein de ces organes et le délai de la transition constitueront une intense négociation car depuis la chute du régime de Omar El Béchir le 11 avril, les deux parties divergeaient notamment sur la composition d’un Conseil souverain appelé à remplacer le Conseil militaire. L’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, veut qu’il
Publié le 

Jeunesse de Centrafrique en perdition : les bars dancings du stade 20 mille places ne désemplissent pas les soirs.

Il s’agit là d’une jeunesse moins soucieuse de son avenir. Elle s’enferme dans la délinquance, la prostitution, et fréquente les lieux obscènes à la merci des vices. Pour exemple, leur fréquentation assidue des bars, restaurants et buvettes du Complexe Sportif Barthelemy Boganda (20 000 mille places). Ils prennent d’assaut les lieux à partir de 19 heures. En quittant la maison, les filles sont munies de deux tenues dans leurs sacs à main. Elles se changent et se mettent dans les robes de soirée dignes des boites de nuit après les cours. Elles s’habillent sexy pour attirer la clientèle et, les garçons se mettent aussi dans des tenues indécentes. Et la soirée peut démarrer dans une forêt de bouteilles de bière d’origine étrangère, onéreuse. Ils adorent le
Publié le 

Centrafrique : Visite à Bangui de la Représentante spéciale du Secrétaire des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés

Au cours de sa mission, la représentante spéciale a organisé le premier lancement national de la campagne “Agir pour protéger les enfants affectés par les conflits”, au cours duquel elle a présenté publiquement l’idée d’élaborer un plan national de prévention des violations graves envers les enfants.Ce plan devrait être élaboré par
Publié le