La distorsion et le fabliau sont en phase épidémique en RCA. Les fakes news et intox sont déjà criards, on le savait. Mais voilà ! Il deviendrait tout à fait ahurissant si encore l’imagination, entendue comme la faculté à travers l’esprit de créer, s’aventure à son tour dans les méandres des journaux qui ne devaient, en principe, s’en tenir qu’aux faits. Les interprétations sont dévolues aux lecteurs…

Attention, ce n’est pas fini ! D’une nouvelle juste donnée, la distorsion rapide court à la vitesse des décibels émis, ou reproduit alambiquée dans les réseaux sociaux. On la retrouverait quelques temps après totalement déformée, abimée par des plumes peu éthiques : c’est ce que je qualifie de distorsion.

L’événement qui nous accroche ici est le séjour français du Président de la République, moment important pendant lequel, en plus de sa participation à la conférence de Lyon des donateurs du fonds mondial de la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme, il a meublé son calendrier d’actions, innové sa touche de diplomatie et enfin prévu de rencontrer le 12 octobre prochain, ses compatriotes de la diaspora de France.

Qu’à cette tribune, le Président TOUADERA ait fait un important don selon la capacité de son pays, ou qu’il souhaiterait s’entretenir avec les centrafricains de France…, pour certains chroniqueurs obscurs, la voile est maintenue sur toutes les actions louables. Par conséquent, il fallait fouiner plutôt du côté opposé : et si par hasard rien est trouvé pour aiguiser l’appétit, alors : qu’on déforme ce qui est, c’est-à-dire la réalité aux dépens de critiques infondées.

Pour cette partie de la presse nationale, l’essentiel est le brouillage vaille que vaille des efforts gouvernementaux. Quant à l’objet et l’effet de cette rencontre internationale, l’altruisme du Chef de l’Etat malgré la situation difficile de son pays à participer à la collecte nécessaire pour combattre ces fléaux africains précités, l’envie de l’action du donner et du recevoir entre lui et ses compatriotes…, ne leur sont guère préoccupants.

Letsunami.net que j’indexe, comme un véritable tsunami, ce que justifie d’ailleurs par son appellation apocalyptique, a enflammé l’opinion par une publication, véritable procès de déconsidération de la nation et son chef : « Lyon : Dimitri Mozer ou le grand chambellan du séjour du président Touadéra ». Comme quoi, l’adage « le diable se trouve dans les détails », est en honneur en Centrafrique.

Du fond, il a argué sur un aspect imaginé de la diplomatie puisque sans preuve de tout ce qui est avancé (n’ayant ni les avis des autorités citées mises en exergue dans le plaidoyer inventé d’une part, d’autre part ne ressassant que les mêmes vieilles et fatigantes rivalités imaginaires russo-françaises en RCA, pour ensuite rabâcher de manière discourtoise un plaidoyer d’accusation qui jette l’opprobre sur la haute personnalité de notre pays qu’il taxe de mafieux et d’autres vulgarités).

Que dalle ! Ces disques rayés n’intéressent plus aucun centrafricain à part les éternels opposants et leurs cigales.

faustin-archange-touadera-et-dimitri-mozer-le-mercredi-6mars2019-à-Bruxelles

Par contre, ce qui semble être nouveau et donc préoccupant dans cet article brumeux, c’est bien l’aspect promoteur d’un chauvinisme qui y transparait. On le sait, l’une des ficelles sur laquelle tirent les chantres de la bipolarisation russo-française est l’exclusion de tout rapprochement avec ce qui est russe. A cela, s’ajoutent toutes sortes d’extrapolations anticonstitutionnelles devenues refrain ces derniers temps dans l’escarcelle de ces vendeurs d’illusions désavoués par la désormais mature population centrafricaine (à savoir, la taxation plus que fréquente d’anticonstitutionnelles toutes actions présidentielles innovantes qui accélèrent l’économie, la diversification diplomatique, le retour de la paix etc).

J’ai envie de poser quelques questions banales :

N’est-ce pas que Mozer, le soi-disant « belgo-russe », est diplomate centrafricain depuis 2001 et qu’en 2009 il fut élevé au rang de Consul Général Honoraire de la RCA pour la Wallonie ? Et si oui, qu’est-ce qui empêcherait le Chef de l’Etat, au vu de ses compétences particulières et certaines de ses expériences d’une part et de l’autre ses propres prérogatives de Chef d’Etat, de lui attribuer une mission spécifique et momentanée quelconque, même si c’était en Amazonie ? Est-ce à cause de son côté russe supposé qu’il est stigmatisé par les teigneux acteurs du supposé affrontement pro ou anti russe ? Ou encore est-ce parce qu’il est blanc ou étranger ?

Soyons sérieux et n’osons pas outrepasser les bornes de notre travail de journalisme de peur d’attiser la xénophobie. Anathématiser quelqu’un qui se voue à servir la République depuis plus de 30 ans, avec pour seul désir de diffamer la conduite des affaires d’Etat du Président TOUADERA, est choquant et expression d’un manque de reconnaissance aux expatriés qui se dévouent parfois mieux que certains centrafricains à faire sortir le pays de l’abîme.

Au demeurant, en référence à cette mentalité de crabes de panier que décrit notre éditorial de ce mois, DRN condamne une nouvelle fois cette jalousie mal placée contre les actions réussies du Chef de l’Etat, et qui pousse certains à s’empêtrer dans la diabolisation, dans le refus d’appréciation à juste valeur.

Que s’estompe ce mode politicien gangrénant la presse afin que la nation retrouve enfin son souffle d’antan d’Etat composé de patriotes engagés pour la réussite commune et l’intérêt général.

Dominique MOUNDJOUVOUKO