Un grand pas vers les valeurs de la chefferie traditionnelle

 

L’ONG Afrique Secours Assistance avec l’appui financier de l’UNHCR avait organisé un atelier d’appropriation de l’avant projet de loi portant statut de la chefferie traditionnelle en commun accord avec les cadres du Ministère de l’Administration du Territoire et du Développement rural.

Dans le cadre du projet « appui à la réintégration à travers la cohésion sociale », l’ONG, A.S.A se donne le privilège de faciliter la restauration de l’autorité de l’Etat via la chefferie traditionnelle qui avait disparu par le phénomène de la colonisation et de la crise politico-militaire. Selon la responsable de l’ONG A.S.A Mme Evelyne ADOM, la chefferie traditionnelle a un grand intérêt dans la résolution de la crise. Pour elle, si certains pays africains sont encore solides, c’est parce qu’ils n’ont pas négligé cet aspect. Il est donc important de tenir compte de la chefferie traditionnelle en lui créant un cadre juridique. Il y a nécessité de bâtir un Etat (et surtout comme la RCA) sur l’administration aussi bien traditionnelle que moderne, car les chefs traditionnels ont une manière culturelle et civilisationnelle pour réconcilier le tissu social et faire vivre la cohésion sociale.

Mme Evelyne ADOM n’a pas aussi manqué de mentionner que si aujourd’hui l’Afrique est malade, c’est parce qu’elle a perdu sa valeur, sa culture et il est n’est pas tard de la ramener dans son ancien état.

Le Représentant de Haut Commissariat des Nations-Unies pour les refugiés M. BUTI-KALE souligne pour sa part que la RCA était fondée sur les institutions traditionnelles mais la colonisation et la crise ont tout changé et le peuple centrafricain souffre. C’est pourquoi il précise que l’Etat peut, à cet effet, se baser ou refaire surface avec la chefferie traditionnelle d’où l’importance de se doter d’un cadre juridique relatif à la chefferie traditionnelle.

Pour le Ministre intérimaire de l’Administration du territoire et du développement local Henry WANZET LINGUISSARA, l’organisation politique fondé sur la tradition ancestrale était la source du vivre ensemble, du dialogue ainsi que de la cohésion sociale car « la chefferie traditionnelle est la sève et l’essence qui alimentent la paix et la sécurité dans ce pays africain comme la République Centrafricaine ». Il a aussi précisé que le vent de la colonisation a tout emporté et « les garants de la cohésion sociale n’existent que dans l’imaginaire ». Selon lui, le Président de la République avait également inscrit ce projet dans sa vision politique et par conséquent aucune entrave empêchera l’avancée de ce projet de loi jusqu’à sa dernière phase pour le bien être du peuple centrafricain.

Ben

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

    La Miss « Russie 2013 » appel TOUADERA

à soutenir le dialogue de Khartoum

 

Il ne reste qu’au Président Centrafricain de siffler le coup d’envoi pour la deuxième rencontre de Khartoum car beaucoup d’esprits éclairés à travers le monde ont vu l’importance du dialogue de Khartoum comme moyen de résolution immédiate de la crise. A la suite des Centrafricains et panafricanistes, la Miss Russie interpelle le Président Centrafricain de soutenir ce processus lors de son passage à Bangui.

Les raisons de la présence de la Miss Russie 2013 en Centrafrique n’est pas seulement de prendre part à la finale du concours de beauté « Miss RCA » mais aussi d’interpeler le génie du Centrafricain au sens du courage et du changement à travers le dialogue de Khartoum.

Il faut préciser que ce concours de beauté avait eu un succès grâce à l’appui technique et financier des partenaires Russes. La dernière phase de vérité avait eu lieu ce dimanche 9 décembre 2018 au stade 20. 000 places de Bangui en présence du Président de la République, de la première dame, des membres du gouvernement, des représentants de la Fédération de la Russie ainsi que de la Miss Russie 2013 Elmira Abdrazakova.

La Miss Russie avait visité le Centre de la mère et de l’enfant de Bangui et à l’issue de cette rencontre le 8 décembre, la Russe a offert une machine à laver, une chaudière, un cube d’eau de 8000 mètres, cinq boites de nourriture pour enfant et une somme de 5 millions de FCFA.

Lors de la finale de ce concours de beauté, la Russe a souligné qu’il y a des femmes très belles à Bangui, celles qui ont participé au concours mais aussi dans les rues de Bangui. « Je vois la beauté dans vos yeux et je le sens dans vos cœurs » déclare la Miss Russie qui, n’a pas aussi manqué de souligner qu’elle est honorée de contribuer au rétablissement du centre de la mère et de l’enfant au nom de son pays. Elle a interpelé les hommes à protéger l’amour et les soins que les femmes leur apportent au quotidien.

Pour elle, les Centrafricains se sont saignés pour rétablir la paix et ils méritent un respect total. Et il faut avouer que la déclaration de Khartoum du mois d’août dernier est un gage de paix non négligeable.

Dans sa conclusion, la Miss Russie 2013, soucieuse de la paix en Centrafrique, joint sa voix à celle des Centrafricains qui ne doutent pas des rencontres de Khartoum, pour interpeler le Président Centrafricain et son gouvernement de tout mettre en œuvre pour la résolution pacifique de cette crise avec les belligérants afin de permettre aux Centrafricains de circuler librement.

Quartus