Le 25 février 2019, le monde a découvert le visage d’un nouveau premier ministre centrafricain, M. Firmin NGREBADA. Il succède à M. Simplice Mathieu SARANDJI dans le cadre de l’application de l’accord de Khartoum, notamment  son article 21. Signé le 06 février à Bangui par les quatorze (14) groupes armés et le gouvernement centrafricain, cet accord prévoit la mise en place d’un gouvernement inclusif.

La majorité des signataires de l’accord de Khartoum ont semble t-il, apprécié le choix du chef de l’État centrafricain. En trois points précis, nous pourrons dresser le portrait du nouveau locataire de l’ex-immeuble PETROCA qui abrite la primature centrafricaine. Il s’agira de son parcours professionnel, des réalisations à son actif, et ses ambitions pour le Centrafrique.

Parcours professionnel…

  1. Firmin NGREBADA, inspecteur de travail et de la sécurité sociale de profession. Né le 24 mai 1968 à Bangui, il est marié et père de 5 enfants. Après ses études à Turin, il passa par Saïdou puis à Paris avant de rentrer dans la fonction publique centrafricaine en octobre 1993. Il fut aussitôt nommé en 1994 Chef de service des relations Extérieures à la Direction Générale du Travail.

L’homme est reconnu être très rigoureux dans son travail ; ce qui lui valut d’être remarqué par les grands cadres politiques du pays. Il travailla ainsi donc avec M. Michel GBEZERA BRIA (Ex premier ministre et actuel ambassadeur de Centrafrique en France), M. Mahamat KAMOUN (Ex-premier ministre), M. Karim MECKASSOUA (ex-président de l’Assemblée Nationale centrafricaine), M. Elie DOTE (ex-premier ministre), pour ne citer que ceux-là.

A l’époque où le Président Faustin Archange TOUADERA occupait la primature centrafricaine du temps de l’ex-président BOZIZE, il fut son Directeur de Cabinet Adjoint jusqu’à la prise du pouvoir par la Seleka en 2013.

A son actif, quelques distinctions…

En sa qualité d’Inspecteur de Travail, il a toujours su s’organiser pour être au service des hommes d’État, notamment son excellence M. Faustin Archange TOUADERA.  Étant son directeur de Cabinet depuis plusieurs années, il a toujours été vu à ses côtés lors des voyages décisifs pour la paix. Il lui est attribuées des mérites, mais aussi des critiques en fonction de la nature des acteurs concernés, dans le processus de  rapprochement avec la Russie, lequel a été couronné par l’obtention d’un accord de coopération militaire signé entre ces deux nations.

Enfin, nommé à la tête de la délégation gouvernementale dans les pourparlers de Khartoum, il a conduit les négociations jusqu’à la signature  de l’accord de paix.

Ses ambitions pour un Centrafrique apaisé…

A peine nommé le 25 février 2019 dernier comme premier ministre, M. Firmin NGREBADA a trillé technocrates et personnalités pour constituer son gouvernement. Mais ce décret № : 19.063 du 03 mars 2019 une fois rendu public a suscité un tollé, puis le retrait des partis et groupes armés de la liste. Aussitôt, sentant le danger venir, il s’est déclaré ouvert, conscient malgré tout que l’article 21 de l’accord de Khartoum n’a pas spécifié un quota pour déclarer l’exclusivité du gouvernement.

La sortie des groupes armés du gouvernement est une réaction gérable ainsi que leur opposition au nouveau gouvernement constitue sans doute une épreuve de taille pour le nouveau Premier Ministre Centrafricain. Il faut donc espérer qu’il saura, dans le cadre du second round des négociations prévues le 18 mars parvenir à ramener l’ensemble des acteurs dans la dynamique de la paix. Les instances de suivi de cet accord sont en œuvre pour un retour au calme en Centrafrique.


Le Centro Rassembleur