Une délégation marocaine a séjourné à Bangui capitale de la République Centrafricaine. Cette visite singulière était dans le cadre de l’évaluation du Projet de construction de 100 logements sociaux dans le village Sakaï. La mission s’est félicitée, au terme de cette mission de travail, des bons résultats obtenus dans l’exécution dudit Projet.

Un partenariat fructueux :

Le royaume chérifien entretien de meilleurs relations diplomatique, économique et partenariale avec la RCA depuis belles lurettes. Un des volets importants de cette relation est la construction de 100 logements sociaux dans le village de Sakaï, une banlieue de la Capitale centrafricaine.

En effet, une mission marocaine dirigée Mme FATMA CHIHAB dont l’objectif est de venir s’enquérir de l’état d’avancement des travaux en cours d’exécution du Projet de construction des 100 logements sociaux entièrement financé par le Royaume du Maroc a séjourné dans la capitale en Mars 2018.

Pour sa part, le Ministre de l’Urbanisme de la Ville et de l’Habitat, SEM Gaby-Francky LEFFA,  a reçu en audience le mardi 6 mars 2018, dans son cabinet cette délégation du Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville du Royaume du Maroc.

Il faudrait rappeler que ce Ministère marocain a été très actif ces dernières années tant dans la mise en œuvre effective des Projets des logements sociaux que pour des travaux de réhabilitation des bâtiments administratifs dont les cas du Building administratif inauguré par le chef de l’État et celui de la cité Christophe en cours de réhabilitation figurent en bonne position.

Fort de ces précédentes relations, l’on pourrait bien faire un grand plan sur l’excellente qualité partenariale entre les deux pays :

  • Tout d’abord, les relations bilatérales qui unissent la République Centrafricaine et le Royaume du Maroc sont au plus beau fixe depuis des années déjà. Le Maroc est présent en RCA via la Minusca, l’offre des bourses d’études aux étudiants centrafricains (environ 500 par année), et il finance nombre de projets sociaux à travers la ville de Bangui.

Ainsi donc, un renforcement de ces liens avec le Maroc est à envisager, surtout à diversifier dans le secteur des investissements dans le domaine économique. Le Maroc pourrait peut-être être sollicité pour financer indirectement l’agriculture centrafricaine en faisant quelques dons de fertilisants pour les sols et des tracteurs comme il l’a fait avec le Niger ou le Cameroun.

  • Outre, les logements sociaux publics en Centrafrique étant quasiment inexistants ou détruits lors des crises militaro-politiques, l’on ne peut que l’applaudir sur ceux qui voient le jour de plus en plus à Bangui.

Toutefois il conviendrait de diversifier les sites de construction, de placer ses logements sociaux dans des zones à forte population telles que les quartiers des 3ème et 8ème arrondissements en priorité. Aussi de mettre en place un système d’Habitats à Loyers Modérés (HLM) ou intermédiaires comme ce qui se voit ailleurs, car ce qui ne se dit pas souvent, c’est que ces logements sociaux ne profitent pas à la couche sociale démunies ou qui a les moyens de se les offrir à cause de leur coût exorbitant.

En somme, puisse la coopération bilatérale centrafricano-marocaine s’accentuer et se diversifier afin de profiter aux deux parties prenantes.

Kota Wali