Devant les besoins pressants de la population centrafricaine dans le domaine de la sécurité, le gouvernement n’obtient que du Conseil de Sécurité des Nations-Unies un assouplissement de l’embargo sur les armes en destination de la République Centrafricaine. C’est d’ici le 30 septembre que le Conseil de Sécurité reverra les termes de cet embargo si les autorités de Bangui remplissent les conditions requises.

 

L’embargo qui pèse sur les armes en destination de la République Centrafricaine depuis 2013 vient de connaitre à nouveau un assouplissement après une levée partielle l’an dernier qui a permis à certains pays de venir à la rescousse des Centrafricains dans le domaine de la restructuration.

Pourtant des demandes de sa levée totale avaient été formulées par les autorités de Bangui à plusieurs reprises. Et à cela s’ajoute la dernière marche pacifique de toute la population dans tous les coins de la République pour le même objectif. Hélas ! Le comité de sanction des Nations-Unies n’a pas exaucé cette prière.

Le pire dans tout ceci est le réarmement des groupes rebelles au détriment du gouvernement centrafricain qui n’arrive pas à doter ses soldats d’armement. Et c’est face à cela que le comité de sanction ouvre encore au gouvernement centrafricain une possibilité. Et si ce dernier venait à rester dans le strict respect de certaines exigences, la situation sera revue.

Il faut préciser que c’est d’ici fin avril que le Conseil de Sécurité enverra une feuille de route opérationnelle aux autorités centrafricaines. Cette feuille de route indiquera les mesures à prendre dans la réforme du secteur de sécurité, le DDRR, la gestion des armes et des munitions.

Si les autorités centrafricaines respectent les directives, le comité de sanction verra dans quelle mesure la Fédération de la Russie et la Chine feront face au besoin des autorités centrafricaines dans ce domaine de sécurité tant attendu.

Ben

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Z+M RCA group : une nouvelle société pour

            la fabrication des cartouches d’encre

 

Dans le cadre de pallier certaines difficultés récurrentes d’impression des documents dans les administrations et les sociétés sur la question, une nouvelle société en provenance de la République de Tchèque entre dans la dynamique de s’installer à Bangui. Il ne s’agirait pas seulement de la fabrication des encres mais elle compte explorer d’autres domaines selon les besoins qui seront exprimés.

La société Z+M GROUP basée en République Tchèque et qui a ses filiales dans plusieurs pays européens, compte désormais installer sa filiale en Afrique et précisément en République Centrafricaine sous le nom de Z+M RCA GROUP pour la fabrication des cartouches d’encre panafricaine.

Ces propos étaient sortis lors d’une conférence de presse animée par Richard KAHANEK, consultant de la société Z+M group et la présidente fondatrice de la plateforme le médiateur Mme OUADDOS Gertrude Adèle.

Dans son allocution, M. Richard KAHANEK précise que la société Z+M est prête de s’installer en République Centrafricaine c’est pourquoi « nous sommes dans la phase de la prospection pour identifier les besoins » afin d’associer en sus de celle de la fabrication des cartouches d’encre, d’autres sociétés. Et pour cela, un Consulat sera installé et de commun accord avec la plateforme le médiateur, pour le recrutement de 10 mille jeunes dont une première vague ira suivre une formation pendant 18 mois en République Tchèque. Et ceci dans le but de venir constituer une équipe dynamique et qualifiante pour le service de ladite société.

Cette société qui s’active dans l’import et export, fabriquera également des machines qu’elle mettra à la disposition des clients à titre de contrat et avec un faible prix. Retenons que ces machines ne seront pas vendues mais prêtées selon les termes de contrat entre les deux parties qui vont s’engager, il ne s’agit pas que d’une affaire avec des administrations publiques mais également avec le secteur privé ainsi que des particuliers.

Rappelons que ces cartouches d’encre, une fois fabriquées en RCA, seront également vendues dans les autres pays africains.

Pour Mme OUADDOS Gertrude Adèle, « la société Z+M RCA group a un grand intérêt de s’installer en RCA pour résorber les problèmes de fourniture dans les administrations. Et également résoudre un grand nombre de chômage en République Centrafricaine ».

Elle souligne également que le directeur gérant est déjà en formation auprès des autres en République Tchèque et à sa suite sera le recrutement des jeunes.

Une telle opportunité qui s’ouvre aux Centrafricains mérite d’être encouragée en vue de favoriser le relèvement du pays.

Ben