Le Président centrafricain Faustin Archange Touadéra a ouvert le samedi 17 mars 2018, à l’hôtel LEDGER PLAZA de Bangui, les travaux de Retraite Institutionnelle de Haut Niveau, sur la stabilité des Institutions et le Relèvement National de la République Centrafricaine.

Outre le Chef de l’État, plusieurs personnalités nationales et internationales ont pris part à cette cérémonie officielle entre autres, le Président de l’Assemblée Nationale Abdou Karim Méckassoua, le Premier Ministre Mathieu Simplice Sarandji, M. Kadré Désiré Ouédraogo, Représentant de la Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), les Présidents des autres Institutions nationales ainsi que les Représentants et Chefs de missions diplomatiques accrédités en Centrafrique.

Plusieurs discours et interventions ont marqué la cérémonie…

À la suite des différentes interventions, le Chef de l’État Faustin Archange Touadéra a prononcé son discours de circonstance en déclarant que le choix du Thème et des Sous-Thèmes de cette Retraite cadre bien avec les défis de l’heure de la RCA et la restauration de l’autorité de l’État. Le Président Touadéra n’a pas manqué de remercier la Secrétaire générale de la Francophonie et l’ensemble de la communauté internationale pour leur soutien inlassable en faveur de la République centrafricaine.

Il faudrait noter que les travaux de ces assises vont se poursuivre avec d’autres communications et interventions ainsi que des travaux en atelier ; ils prendront fin le lundi 19 mars 2018 toujours à l’hôtel LEDGER PLAZA de Bangui.

Mais en quoi consiste réellement cette retraite institutionnelle ?

Elle vise à réunir les décideurs internationaux et les dirigeants nationaux afin de réfléchir sur une problématique d’actualité ; en l’occurrence, la situation sociale, politique, économique et militaire nationale difficile.

C’est une première à Bangui car les autres rencontres de ce genre telles les réunions du groupe de Contact sur la RCA, les Sommets et Table-ronde sur la Centrafrique qu’ils soient nationaux ou internationaux, se faisaient dans un cadre solennel et protocolaire.

Cette retraite a le mérite de réunir la plupart des leaders de notre pays, quel que soit leur couleur politique et dans un cadre convivial, réfléchir sur les problèmes qui gangrènent notre pays. En somme un véritable cercle de réflexions où se mêlent avis et propositions différentes qui dans un autre cadre, n’auraient pas pu être prononcées.

Pour les sceptiques, il ne s’agit que d’un moyen supplémentaire pour dépenser les fonds de l’État dans une campagnarde sans véritable utilité.

Nous espérons tout de même, que de cette retraire aboutira à de véritables pistes de solutions pour un pays qui en a vu passer des dialogues et autres rencontres.

Kota Wali

Hôtel Ledger Plaza de Bangui