La montée en puissance de la police, une priorité du gouvernement pour la restauration de l’autorité de l’Etat

Dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’Etat et de la lutte contre l’impunité, la délinquance, l’incivisme et autres, Faustin Archange TOUADERA avait instruit le département en charge de la sécurité publique pour envoyer des braves fils du pays dans plusieurs pays amis pour des spécialisations en matière de la sécurité. Une cinquantaine d’officiers de police judiciaire, gardiens de la paix, des spécialistes de renseignements généraux etc. ont reçu des mains du Président de la République des diplômes et galons dont Armel BARABA Directeur de l’OCRB et Maxime MOKOM, Ministre en charge du DDRR.

La réforme du secteur de sécurité devient un levier majeur sur lequel le Chef Suprême des armées, SE Faustin Archange TOUADERA, ne cesse de miser pour répondre au besoin pressant de la population centrafricaine en matière de la sécurité. Il s’agit d’un besoin imminent. 

A cet effet, plusieurs stratégies ont été mises en place pour y parvenir. Nous avons le rajeunissement des corps en uniforme avec le recrutement de 500 policiers et gendarmes, l’admission à la retraite des plus âgés ainsi que l’envoie en formation pour des spécialisations adaptées aux conditions sécuritaires de l’heure.

Dans son discours de circonstance lors de cette cérémonie à l’école nationale de la police centrafricaine ce lundi 05 Août 2019, le Président de la République précise : « lors de mon investiture à la Magistrature suprême de notre beau pays, je me suis engagé à œuvrer pour la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire. Cependant, les forces de sécurité intérieure qui font partie des acteurs importants sur lesquels pouvait compter le peuple centrafricain se trouvaient confrontées à des difficultés de tous ordres.

Cette situation ne leur permettait pas d’assumer pleinement leurs missions régaliennes, notamment à travers un maillage territorial complet en vue d’être plus proches des populations ».

Des carences en matière de personnels, effectifs, infrastructures, armement, moyen de communication ont été relevées. A ceci le Chef de l’Etat ajoute le manque de formation spécialisée adaptée à la réalité du pays en ces termes : « Nos Policiers dotés d’expériences pratiques, n’avaient pas subi, pendant longtemps, des recyclages et des formations spécialisées pour s’adapter à l’évolution de la situation sécuritaire du pays. Or, dans le métier de police, l’expérience acquise sur le terrain au fil des ans est certes importante, mais non suffisante. C’est pourquoi, tenant compte de l’évolution de la société et de la délinquance, j’avais instruit le Gouvernement de rechercher des voies et moyens en vue d’assurer le renforcement des capacités de nos Policiers afin de les rendre plus aptes à exercer leurs missions régaliennes ».

Le Président de la République avait profité de cette occasion pour saluer la coopération bilatérale de certains pays amis qui ont accepté de former ces agents notamment, les Etats-Unis d’Amérique, la Chine, la Russie, la France, et les pays frères comme le Maroc, l’Angola, la République Démocratique du Congo, la Guinée, le Cameroun, pour ne citer que ceux-là.

« Je vous exhorte à cesser avec les vieilles pratiques qui consistent à confisquer illégalement les biens du citoyen ou à détourner les pièces à conviction dans les procédures, à laisser entrer sur le territoire des individus malintentionnés moyennant des pots de vin », avait-il attiré l’attention des récipiendaires à la fin de ses propos.  

Un acte fort qui détermine l’engagement de Faustin Archange TOUADERA à redorer le blason de la police centrafricaine pour la sécurité.

Ben