Il semble que les ennemis de la paix n’en démordent pas en RCA. L’on assiste toujours inexorablement à des crimes récurrents. Ces derniers temps, ces crimes sont réapparus sous forme de provocations et/ou de ripostes visant à ternir l’image du pays et des efforts de la communauté internationale en faveur de la paix, et réinstallant son schème de destructions, de blessés et de morts.
À titre d’exemple, ce 1er Mai, tandis que le monde entier et le Centrafrique célébraient la fête internationale du travail, des hommes armés assimilés aux groupes d’autodéfense du quartier Km 5 proche de Niméry Matar alias « Force » ont attaqué l’église catholique de Fatima dans le 6ème arrondissement de Bangui.
De sources journalistiques et selon le communiqué officiel du gouvernement qui s’en est suivi, le drame a commencé alors qu’un groupe de jeunes du quartier Fatima ont reconnu dans un bar du coin, deux jeunes proches du chef des gangs du km5. Ils ont aussitôt alerté la gendarmerie nationale qui a tenté d’intercepter ces jeunes hommes. Ces derniers ayant fait appel à leurs compagnons d’armes, un échange de tirs nourris entre les forces de sécurité et les « autodéfenses » a eu lieu. Le combat a continué près d’une heure jusqu’à ce que les gendarmes se soient retirés dans les parages de l’église catholique de Fatima.
En courroux de n’avoir pu épargner l’arrestation de certains de leurs camarades et mis en déroute la gendarmerie, les autodéfenses ont jugé bon de donner une leçon aux autorités, profitant de leur nombre et de leur artillerie supérieure. Ils ont donné ensuite l’assaut sur l’église.
D’après un bilan diversement apprécié, 18 morts selon France 24 et une cinquantaine de blessés alors que la Croix-Rouge avouait avoir ramassé une vingtaine de corps et soignés 99 blessés. Ce premier mai 2018 restera dans les mémoires des Compatriotes.
Le drame a occasionné une vive réaction de la diaspora centrafricaine et des populations de Bangui. Ces dernières sont massivement descendues sur l’avenue menant au Palais de la Renaissance du pk O afin d’y déposer le corps inerte de l’abbé Albert Tongoumale Baba, tué dans ces violences.
Ces actes déplorables ne doivent pas nous faire oublier que des personnes malintentionnées tentent indéfiniment de jeter du discrédit sur les efforts du gouvernement. La justice suit présentement son cours et la vérité triomphera…

Que cette justice soit donc faite et que le peuple recouvre la quiétude à nouveau mise en péril par les ennemis de la nation.

Kota Wali