Bientôt une loi portant statut de la chefferie traditionnelle en Centrafrique

Des efforts continuent d’être déployés pour résoudre la crise en s’appuyant sur la chefferie traditionnelle qui joue un rôle primordial dans les différentes communautés. Pour ce fait, une proposition de loi sur initiative de l’ONG Afrique Secours Assistance avec l’appui de UNHCR, avait été remise au Ministre de l’Administration du territoire pour le reste de la procédure de l’adoption et de la promulgation.

 

Si aujourd’hui les différentes communautés sont déchirées par la crise politico-militaire, c’est parce que certaines valeurs culturelles et traditionnelles ont été négligées d’une part et d’autre part n’ont pas suivi une évolution sociétale soutenue.

Pourtant nul n’est censé ignorer qu’en Afrique en général et en République Centrafricaine en particulier, il y existe originalement dans nos sociétés des procédures pour prévoir et résoudre les différends qui sévissent au sein des communautés. Ces originalités africaines sont entre autre le dialogue sous l’arbre à palabre, sous les orientations de chefs communautaires entourés de notables dits les chefs traditionnels.

C’est dans cette vision que l’ONG Afrique Secours Assistance (ASA), dans le cadre du « projet d’appui à la réintégration à travers la cohésion sociale LTP et abris », a vu l’urgence de donner à la chefferie traditionnelle une valeur juridique, en déposant sur la table du Gouvernement un projet de loi dont le but est de revaloriser les chefs traditionnels. Ce travail effectué par ASA depuis 2014 sur les chefs traditionnels dans leur plein rôle au sein des communautés est fort appréciable. La responsable de ASA, Mme ADOM, le qualifie d’un « chantier important pour la résolution de la crise ».

Pour le représentant de l’UNHCR en Centrafrique, M. BOUTIKALE, « le UNHCR s’appuie sur les chefs traditionnels car ils constituent la base des communautés » et un statut juridique leur permettra de veiller à l’harmonie locale dans la résolution pacifique des conflits. Il a exhorté le Ministre de l’Administration du Territoire à la plus grande considération de ce draft pour en faire une loi dans les jours à venir.

Le Ministre de l’Administration du Territoire Henry WANZET LINGUISSARA a, à son tour, précisé que le Chef de l’Etat Faustin Archange TOUADERA, l’avait instruit de redynamiser la chefferie traditionnelle qui avait fait ses preuves dans la résolution des conflits dans le passé. Il est important de les revêtir de leur manteau de chef traditionnel. Le Ministre souligne également que « c’est la crise qui a failli faire disparaitre cette chefferie traditionnelle et l’arbre à palabre sous lequel des mesures de prévention et de résolution sont souvent prises ».

 

Ravi de cette initiative qui s’inscrit bel et bien dans la vision politique du Président de la République selon les termes du Ministre, ce projet de loi ne prendra pas du temps. Mais avant, a spécifié le Ministre, les experts se pencheront dès l’instant sur ledit projet et lui à son tour le présentera au conseil des Ministres afin qu’il ne soit transmis à l’Assemblée Nationale pour l’adoption.

Dans sa conclusion, le Ministre Henry WANSET LINGUISSARA a aussi précisé que « c’est un grand espoir pour la République Centrafricaine si les chefs traditionnels sont rétablis dans leur fonction par une loi ».

Ben