Centrafrique-Ouham : L’armée nationale de nouveau à Kaga-Bandoro

Dans l’ensemble, « il y a eu un effort de certains groupes armés pour prouver leur bonne foi », comme le reconnait le chef du bureau de la Minusca. Certains « ont rendu visite aux Faca avec du carburant et du sucre », l’on pourrait donc en conclure que l’Accord de Khartoum produit des avantages notoires nonobstant les dires de nombre de compatriotes issus de l’opposition dite « démocratique » ou de
Publié le 

Centrafrique : Paoua et « E zingo Biani »

Ainsi il ressort que l’attitude de la classe politique centrafricaine, particulièrement de l’opposition, est déplorable car à l’heure où le pays compte ses morts et panse ses blessures, le spectre de la division et des intérêts mercantiles semblent réapparaitre. Pire encore, la société civile censée demeurer neutre, semble
Publié le 

Centrafrique : Que vise la plate forme « É ZINGO BIANI ? »

Et en dépit de tout cela, nous sommes sans ignorer que le centrafricain cherche à se réconcilier avec lui pour un avenir meilleur. La tranquillité voulue et cherchée par le centrafricain mettra beaucoup de ces hommes en faillite et il est important de rappeler que : ⁃Plusieurs membres de cette plate forme revendicative sont ceux qui ont fait venir la Seleka en Centrafrique et semé la mort et la désolation dans beaucoup de familles. Et nous n’avons pas encore fini d’enterrer nos morts. ⁃Certains membres sont même à
Publié le 

Centrafrique : Crise à Kaga-Bandoro ?

La réunion s’était soldée sur une bonne entente. Le dimanche 6 mai dans l’après-midi, un convoi des soldats FACA, escortés par les soldats burundais de la Minusca, ont fait leur entrée dans la ville de Kaga-Bandoro. Mais contre toute attente, ils ont quitté la ville quelques heures plus tard. Si leur arrivée dans la ville a été saluée par la population locale, les soldats FACA, déployés à Kaga-Bandoro suite à l’accord de Khartoum, ont malheureusement rebroussé chemin quelques heures plus tard sans raison apparente. Selon des informations de sources militaires, les FACA se sont
Publié le 

SOUDAN : Le spectre d’une instabilité politique se profile

Le mardi qui a suivi, les discussions ont porté sur la durée de la période de transition et la composition du nouveau conseil et des deux autres organes. Le porte-parole du Conseil militaire, le général Chamsedddine Kabbachi, a confirmé les termes de l’accord tout en ajoutant que les pourcentages de représentation au sein de ces organes et le délai de la transition constitueront une intense négociation car depuis la chute du régime de Omar El Béchir le 11 avril, les deux parties divergeaient notamment sur la composition d’un Conseil souverain appelé à remplacer le Conseil militaire. L’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, veut qu’il
Publié le 

Centrafrique : LA LIBERTE D’EXPRESSION EST-ELLE ATTEINTE ?

Tout pouvoir, y compris celui du Professeur TOUADERA, peut et doit être critiqué. C’est normal et c’est d’ailleurs l’un des fondements de la démocratie : la liberté de parole. Jusqu’à preuve de contraire, des compatriotes critiquent et continuent de critiquer l’Exécutif centrafricain, certains allant jusqu’à écrire des livres critiques. Jusque-là, nul n’a jamais été inquiété. Alors pour quelles raisons, ce qui est permis à
Publié le 

Algérie: Démission du Président

et l’avenir du pays demeure incertain. Après avoir envisagé de se représenter, puis de repousser les élections pour préparer son départ, il n’a pas tenu face à la rue et a fini par présenter sa démission avant même la fin de son mandat. Mais l’a-t-il finalement fait pour des raisons que l’on ignore ou la pression de son peuple ? Comme il a été souligné dans un grand journal français « l’armée se retrouve en première ligne d’une crise algérienne entrant dans une deuxième phase décisive après plus d’un mois de
Publié le 

RCA : La paix en Centrafrique est-elle victime de sa situation géographique ?

En effet, de par sa situation géographique, la RCA est entourée de pays sortant ou vivant encore avec de séquelles visibles des années de guerre. Nous nous posons la question : la paix en Centrafrique n’est-elle pas victime aussi de cette situation géographique ? Depuis les crises militaro-politiques éclatées en Centrafrique, des voix se font toujours entendre, accusant les chefs de factions armées de recruter des mercenaires dans les pays voisins. En 2003 la majorité des éléments qui ont accompagné BOZIZE à prendre le pouvoir à Bangui étaient de nationalité de pays limitrophes. Cette manière de recrutement des éléments extérieurs pour la former un groupe armé continue de se
Publié le 

Centrafrique :  Un nouveau gouvernement sans véritable changement

Cependant depuis ce Lundi matin, 4 Mars 2019, plusieurs groupes armés ont fermement dénoncé ce gouvernement et menacé de se retirer de l’Accord de Khartoum invoquant un non-respect des clauses de l’Accord de Khartoum dont précisément l’article 21 qui mentionnait la mise en place d’un Gouvernement inclusif. Si hier en soirée, sur la route nationale numéro 1 entre les
Publié le