Lomé la Capitale togolaise a accueilli du 25 au 28 Mai la quatrième réunion du Groupe de travail ministériel sur l’opérationnalisation du Marché Unique du Transport Aérien en Afrique (MUTAA). Il s’est agi essentiellement d’échanger sur l’harmonisation des accords bilatéraux sur les services Aériens (BASA) en vue de donner un coup d’accélérateur aux travaux devant conduire à la création effective d’un ciel unique africain.


Cette rencontre de haut niveau est organisée par la Commission de l’Union Africaine (UA), en collaboration avec la Commission Africaine de l’Aviation Civile (CAFAC). Le choix de Lomé pour abriter cette réunion s’explique par le fait que c’est le Président togolais, Faure Gnassingbé qui est chargé de piloter le processus d’implémentation du MUTAA sur le continent. La direction du MUTAA lui avait été confié par ses pairs en Janvier dernier, en marge du 30eme Sommet de l’Assemblée de l’Union Africaine (UA) avec pour objectif principal de convaincre les pays qui sont encore réticents à rejoindre le marché.
Durant quatre jours, les participants se sont planchés sur les possibilités de mise en œuvre des mesures immédiates pour assurer le fonctionnement efficace du marché et sur les mesures devant faciliter l’harmonisation des accords des services aériens entre les Etats membres du marché unique. Le rendez-vous de Lomé a été l’occasion d’harmoniser les Accords Bilatéraux de Services Aériens (BASA) entre les membres du Marché Unique du Transport Aérien Africain. La réunion a servi également de plateforme pour les Etats qui ne sont pas encore d’accord sur les services aériens, de conclure, le cas échéant, des BASA conformes à la Décision de Yamoussoukro (DY).
La Commission a profité par ailleurs de cette occasion pour diffuser les règlements sur la concurrence et la protection des consommateurs de la DY. Pour atteindre l’objectif de la réunion, il a été recommandé aux Etats membres de disposer de toutes leurs accréditations appropriées pour signer le BASA, le protocole d’accord ou tout autre document convenu au nom de leurs Etats membres respectifs. Les délégations des Etats membres devraient comprendre le Directeur Général de l’autorité de l’aviation civile et/ ou une personne compétente similaire ayant compétence pour négocier des BASA avec d’autres Etats membres africains.

Le MUTAA a pour objectif de créer entre autres un marché unifié du transport aérien en Afrique, de libéraliser l’aviation civile sur le continent et d’impulser l’intégration économique.
Le projet contribuera selon la Commission de l’UA à l’amélioration des niveaux de services aériens, renforcera la concurrence entre les itinéraires, ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs, stimulera le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements et d’autres secteurs de l’économie, et entraînera un accroissement de la productivité et une augmentation de la croissance économique et de l’emploi.
Pour rappel, le Marché Unique du Transport Aérien en Afrique est le résultat de l’application immédiate des principes de la décision de Yamoussoukro adoptée en 1999 et approuvée par l’Assemblée des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA à Lomé (Togo) en Juillet 2000.
Les vingt-cinq pays actuellement signataires sont : Afrique du Sud, Bénin, Burkina Faso, Botswana, Cap Vert, Centrafrique, Congo, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, Gabon, Ghana, Guinée, Kenya, Libéria, Mali, Mozambique, Niger, Nigéria, Rwanda, Sierra Léone, Swaziland, Togo, Tchad et Zimbabwe.